Classement Des Vins De Bordeaux

Edition du 07/03/2017
 

Château HAUT-MARBUZET

Rare

Château HAUT-MARBUZET

Au sommet.


Le 2011, est plus “Saint-Estèphe”, avec une belle structure, un vin dense et persistant, bien corsé, qui sent bon la framboise, la prune et l’humus, d’excellente bouche. Superbe 2010, qui dégage un très beau nez, des tanins bien présents mais enrobés, un vin très équilibré, au nez intense, dense au palais, où dominent la fraise des bois mûre et le poivre, mêlant structure et charnu. Le 2009 est splendide : de la finesse, de la complexité, de l’amplitude, un très grand vin où s’entremêlent la fraise des bois mûre, la griotte et l’humus, un vin corsé et gras, aux tanins bien présents et fondus à la fois, un millésime déjà très séducteur mais de grande évolution. On poursuit avec ce 2007, classique du millésime, ample, très parfumé, tout en souplesse, très agréable sur un civet de lapin ou des ris de veau sur canapé. Le 2006 semble se refermer, très typé par ce terroir de Saint-Estèphe, avec des nuances de myrtille et de grillé, de bouche puissante. Le 2005 se goûte très bien, dense, souple, structuré, au bouquet subtil et intense à la fois, un vin qui développe des arômes séduisants de cassis et de sous-bois, puissant, avec des tanins très bien équilibrés, qui mérite d’être conservé pour profiter de son potentiel. Le 2004 est exceptionnel. Très parfumé, très complexe, aux nuances de fruits noirs macérés, de cuir et d’épices, de bouche charnue mais distinguée. Le 2002 est dans lignée, un beau vin ample, riche au nez comme aux papilles, avec ces notes de mûre et d’humus, aux tanins savoureux, coloré et dense. Somptueux 2001, l’une des plus jolies bouteilles dégustées, à la fois très souple et dense, d’une grande ampleur, développant un nez envoûtant où les fruits cuits côtoient le poivre rose et le musc, d’une longue finale, idéal sur une cassolette de ris et rognons de veau à la moutarde ou un simple tournedos grillé. On s’oriente ensuite vers ce qui fait la force d’un grand vin, sa capacité d’évolution, en faisant un “saut” vers ce 1990, d’une grande longueur, au nez comme en bouche, avec ce côté légèrement “rancio” qui lui va parfaitement, aux tanins généreux, avec cette bouche bien charnue, ample et séduisante. Le 1989 est plus “chaud”, dominée par les fruits à noyau et la cannelle, un vin que l’on appréciera sur un foie gras aux figues, par exemple. Le 1987 parvient à maturité, il est à son apogée. Le 1982 ne fait pas son âge, mêlant densité et harmonie, tout en nuances d’arômes, où dominent la réglisse et les épices, de bouche intense, vraiment remarquable. On poursuit avec ce 1978, très classique, et du millésime et de son terroir, où se décèlent des connotations de de fruits à noyau et de fumé, tout en bouche comme le 1975, surprenant par sa vivacité, sa couleur, son ampleur, comme ce grand 1970, lui aussi, d’une bouche dense, subtilement parfumée (champignons, cuir), avec des tanins raffinés, un vin qui emplit le palais. Henri Duboscq et sa sœur Anne-Marie se sont associés à Philippe Jorand pour lancer un vignoble de 13 ha qui s'étend sur les communes de Gaillan et de Queyrac. On y goûte ce joli Médoc Château Layauga-Duboscq cuvée Renaissance 2011, plus souple, plus facile, d’un beau rouge sombre, charpenté, avec des tanins boisés bien présents, très aromatique et ample, avec de la persistance. Le 2010 est évidemment plus dense, bien charnu comme le 2009, harmonieux, aux connotations fruitées, aux notes d’humus et de vanille, alliant une bonne base tannique à une finesse persistante. Excellent 2008, qui parvient à maturité, tout en couleur et en matière, au nez de griotte et de fumé, aux tanins mûrs.

   

Château HAUT-MARBUZET

Henri et Bruno Duboscq
1, rue Saint-Vincent
33180 Saint-Estèphe
Téléphone : 05 56 59 30 54
Télécopie : 05 56 59 70 87
Email : infos@haut-marbuzet.net





> Le palmares des vins


SAINT-EMILION SATELLITES
e_saint-emilion-sat.jpg
LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L'ANNEE

Les Classements du site sont réactualisés en permanence en fonction des dernières dégustations, découvertes, coups de cœur, déceptions...


IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

MONTAGNE
SAINT-EMILION
JURA PLAISANCE
MAISON BLANCHE
BÉCHEREAU
CHEVALIER-SAINT-GEORGES
ROUDIER
GRAND-CORMIER
VIEUX CHÂTEAU SAINT-ANDRÉ
LA FLEUR GRANDS-LANDES
VIEUX CHÂTEAU DES ROCHERS
CORBIN
FRANC-BAUDRON
MOULIN DU JURA
PIRON
PUISSEGUIN
SAINT-EMILION

HAUT-SAINT-CLAIR
GUIBOT
CHÊNE-VIEUX
VAISINERIE
BRANDA
LA GRAVE LES ROCHERS

LUSSAC
SAINT-GEORGES
SAINT-EMILION

GRENIÈRE
MACQUIN
MOULIN DE GRENET
POITOU
TOUR DE GRENET
La CLAYMORE
LA PERRIÈRE
MUNCH
HAUT-PIQUAT
LA JORINE
TOUR DU PAS SAINT-GEORGES



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

MONTAGNE
SAINT-EMILION
VIEILLE TOUR MONTAGNE
PUYNORMOND
PUISSEGUIN
SAINT-EMILION

(BEL AIR*)
ROC DE BOISSAC
DURAND-LAPLAGNE

LUSSAC
SAINT-GEORGES
SAINT-EMILION

DUMON-BOURSEAU
CROIX DE CHOUTEAU



TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

MONTAGNE
SAINT-EMILION
PUISSEGUIN
SAINT-EMILION

(ERMITAGE GARENNE)
GONTET-ROBIN

LUSSAC
SAINT-GEORGES
SAINT-EMILION

(VIEUX-BUSQUET)

> Nos coups de cœur de la semaine

Château CLOS de SARPE


Ancienne propriété du Baron du Foussat de Bogeron, achetée par Jean Beyney en 1923; reprise par son fils Yvan Beyney en 1950 ; cette propriété familiale est actuellement dirigée par Jean-Guy Beyney - aux cotés de son épouse Christine - qui représentent la 3e génération et en assurent la vinification avec passion, sérieux et savoir faire. “Si 2013 a été une année fort difficile à gérer jusqu’au bout, nous précise Jean-Guy Beyney, néanmoins, je suis fort satisfait du résultat. Le vin est souple, charmeur, facile à boire, il ne sera pas d’une longévité exceptionnelle, bref un vin d’un bon rapport qualité-prix, idéal pour les restaurants. En 2014 : très grand potentiel, un millésime très intéressant. Nous avons récolté des raisins à parfaite maturité. Grâce à notre matériel de tri très performant, seuls les grains superbes ont été sélectionnés. Le 2014 bénéficiera d’un élevage en barriques d’au moins 15 à 16 mois alors que, pour le 2013, un an suffit. Le 2014 est un vin avec une très belle présence du fruit, d’une pureté remarquable. Un millésime très prometteur pas tout à fait du niveau du 2005 ou 2010 mais il me fait penser au 2008. Le terroir s’exprime pleinement, le bois ne prend pas le dessus, on a en bouche une explosion de fruits rouges (fraise des bois, mûre, cassis), un très joli vin à l’élevage actuellement.” Vous apprécierez ce Saint-Émilion GCC 2012, de charpente élégante, aux tanins présents et fondus à la fois, ample, d'une belle finale, tout en nuances avec des notes de griotte, de fumé et d'épices. Le 2011 mêle charpente et finesse, de bouche puissante, un vin gras et corsé, très harmonieux, tout en complexité aromatique, avec des tanins ronds. Savoureux 2010, dense et corsé, aux notes fruitées, épicées, avec une belle concentration représentative du millésime, un vin charnu et structuré, de couleur pourpre, riche en arômes, où dominent en bouche les fruits rouges frais et une note poivrée, un vin qui mérite un peu de patience. Beau 2009, coloré, intense et charmeur, corsé, charpenté, qui sent bon les fruits mûrs et les sous-bois, de bouche puissante. Le 2007 est concentré, aux tanins soyeux, au nez complexe (épices, fruits rouges frais...), alliant finesse et charpente, très séduisant, d’une belle structure, aux connotations de fruits, de cannelle et d’humus en bouche comme le 2004, très classique, élégant, avec de la matière, aux arômes de fruits rouges intenses, d’une finale riche. Et ce 2002, corsé, d’une belle ampleur, où se mêlent les fruits noirs et le cuir, dense, tout en charme comme le 2000, avec ces notes de fruits macérés et d’épices, un vin de très bonne bouche, gras et charnu, aux tanins structurés et soyeux.

Jean-Guy Beyney - Scea Beyney
Place du 11 Novembre 1918
33330 Saint-Christophe-des-Bardes
Téléphone :05 57 24 72 39
Télécopie :05 57 74 47 54
Email : contact@closdesarpe.com
Site personnel : www.clos-de-sarpe.com

Château de LAUBERTRIE


Propriété familiale depuis le XVI ème siècle. L'Auberterie est une formation du haut moyen âge; la famille Pontallier y apparaît dans les textes depuis la fin du XVI ème siècle. Ancien fief de la Baronnie de la Rivière au Duché de Fronsac, elle rejoint le Cubzagais à partir de la révolution française. Les bâtiments d'exploitation remontent au XVIII et XIXee siècle, la maison d'habitation a été surélevée et terminée en 1863. Marie Christine Pontallier est secondée par ses enfants, Arnaud et Benoit, qui s'impliquent de plus en plus. Le Domaine compte 15 ha de vignes, situés sur un plateau argilo-calcaire. La culture y est traditionnelle, les vins sont élaborés de façon artisanale, en essayant de respecter les caractères du terroir et de chaque millésime. Le travail du sol privilégie les procédés mécaniques et l'enherbement naturel. Les vendanges se font manuellement. Toujours au sommet de son appellation avec ce Bordeaux rouge 2012, tout en couleur et en matière, avec ces petites notes de poivre, de groseille et d’humus, aux tanins très équilibrés et savoureux à la fois, corsé et gras.  Excellent 2011, de robe rubis profond, généreux, un vin persistant au nez comme en bouche, tout en finesse, gras, aux tanins mûrs et harmonieux. Le Bordeaux blanc 2014, avec beaucoup d’arômes de fleurs (jasmin) et de fruits, persistant, est vraiment très agréable, idéal sur une tartelette aux œufs pochés et langoustines ou une galette de tourteaux. Joli Crémant de Bordeaux, 80% Muscadelle et 20% Cabernet franc, à la mousse ample et florale, tout en délicatesse, vif ret harmonieux, un vin qui sent la noix fraîche et la pêche blanche.   Parfait pour une halte dans le vignoble, deux gîtes**** sont disponibles sur place.

Marie-Christine Pontallier
50, route de Laubertrie
33240 Salignac
Téléphone :05 57 43 24 73
Télécopie :05 57 43 17 24
Email : domainedelaubertrie@orange.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/domainedelaubertrie
Site personnel : www.chateau-laubertrie.com

VIEUX CHATEAU des ROCHERS


Un vignoble de 4,8 ha, planté sur des sols argilo-calcaires et argilo-siliceux avec de vieilles vignes de 30 ans, 80% Merlot et 20% Cabernet franc. Les vins sont élevés dans le respect de la tradition : taille rigoureuse, éclaircissage des grappes, effeuillage, vendanges manuelles de raisins mûrs et sains, cuvaison douce et suffisamment longue, élevage de 18 à 24 mois. “Le 2013 manque de couleur et de structure, précise Jean-Claude Rocher, c’est un millésime difficile, tandis que le 2014 est bien coloré, fruité, concentré, de belle garde.” Superbe Montagne-Saint-Émilion cuvée Prestige 2010, avec ces notes très caractéristiques et persistantes de petits fruits à noyau, riche et coloré comme il le faut, fort bien élevé, aux nuances en bouche de fruits mûrs (groseille, cerise) et d’épices, aux tanins souples et présents à la fois. Le 2009 est un beau vin au nez intense de sous-bois, de cassis et d’épices, onctueux et gras en bouche, aux tanins puissants mais très fins, qui allie une charpente réelle à un joli velouté en finale. Le 2008, aux tanins amples et harmonieux, est riche et soyeux à la fois, avec une bouche puissante, parfumée et persistante. Le 2007 est velouté, bien classique, avec ses senteurs de mûre et de sous-bois, aux tanins fermes et ronds à la fois, de robe rubis soutenu, un vin très harmonieux, de bouche suave marquée par une pointe d’épices. Le Montagne-Saint-Émilion Tradition 2012, corsé et généreux, bien typé, aux nuances de fruits rouges mûrs, légèrement épicé au palais, d'une belle harmonie, commence à s'apprécier particulièrement bien.

Jean-Claude Rocher
Mirande
33570 Montagne
Téléphone :05 57 74 62 37 et 06 80 64 49 75
Télécopie :05 57 25 18 14
Email : vieuxchateaudesrochers@orange.fr

DOMAINE DE LAUBERTRIE


Propriété familiale depuis le XVI ème siècle. L'Auberterie est une formation du haut moyen âge ; la famille Pontallier y apparaît dans les textes depuis la fin du XVI ème siècle. Ancien fief de la Baronnie de la Rivière au Duché de Fronsac, elle rejoint le Cubzagais à partir de la révolution française. Les bâtiments d'exploitation remontent au XVIII et XIX ème siècle, la maison d'habitation a été surélevée et terminée en 1863. Marie Christine Pontallier est secondée par ses enfants, Arnaud et Benoit, qui s'impliquent de plus en plus. Le Domaine de Laubertrie compte 15 hectares de vignes, situés sur un plateau argilo-calcaire. La culture y est traditionnelle, les vins sont élaborés dans nos chais, de façon artisanale, en essayant de respecter les caractères du terroir et de chaque millésime. Le travail du sol privilégie les procédés mécaniques et l'enherbement naturel. Les vendanges se font manuellement. Les vins produits sont des Bordeaux rouge, Bordeaux blanc et Bordeaux rosé et également du Crémant de Bordeaux. Les derniers millésimes sont caractérisés par une climatologie exceptionnelle. Les vins sont puissants, corsés, très marqués par le fruit. Toujours au sommet de son appellation avec ce Bordeaux rouge 2010, très équilibré, au nez de cerise confite et d’humus, de charpente très élégante, tout en nuances aromatiques, de robe soutenue, d’excellente garde. Le 2009, aux senteurs de violette et d’humus, de bouche charnue, un vin coloré et dense, associe structure et rondeur, aux tanins riches, de couleur grenat. Le Bordeaux blanc est de robe jaune pâle, floral, harmonieux, un vin qui sent bon la pomme et l’aubépine, de très bonne bouche. Joli Crémant de Bordeaux, à la mousse ample et florale. Parfait pour une halte dans le vignoble, deux gîtes sont disponibles sur place.

SCEA Pontallier et Fils
50, route de Laubertrie
33240 Salignac
Téléphone :05 57 43 24 73
Télécopie :05 57 43 17 24
Email : domainedelaubertrie@vinsdusiecle.com
Site : domainedelaubertrie
Site personnel : www.chateau-laubertrie.com


> Nos dégustations de la semaine

Château VIEUX-POURRET


Vignoble de 6 ha, en conversion biodynamique (agriculture exempte de produits chimiques), dont l’étiquette porte le label. En quête d'une harmonie avec la nature, les travaux du sol et de la plante sont liés à un calendrier lunaire. Cette culture n’emploie pas de produits “cides” (herbicide, pesticide, fongicide).
“Pour produire des grappes de raisins vivantes, explique-t-on ici, notre chef de culture Jean-Philippe Turtaut, avec ses préparations naturelles, se place en compagnon de la plante, pour renforcer son autonomie et l'aider à puiser et à extraire le meilleur de ce terroir de Saint-Émilion.”
Très beau Saint-Émilion GC 2011, au nez subtil et intense à la fois, séveux et persistant, avec ces notes de mûre et de griotte, riche en couleur, aux tanins soyeux, de bouche savoureuse. Remarquable 2010, riche au nez comme aux papilles, charnu, puissant, aux nuances de fruits macérés et d’épices, d’une belle complexité, avec des tanins denses et veloutés, de garde comme ce 2009, corsé et gras, cette pointe d’épices et cette charpente à la fois puissante et souple, un vin typé, structuré et persistant. Excellent aujourd’hui, le 2007 est d’un beau rouge profond, ample et fruité, avec ce nez où dominent la groseille mûre et la violette.
Belle cuvée Dixit 2011, qui développe un bouquet complexe où s’entremêlent des notes de fruits cuits et de truffe, harmonieux, riche et parfumé, de belle robe, un vin très équilibré. Le 2010, avec des tanins mûrs et fermes à la fois, se révèle complexe au nez comme au palais, dominé par les fruits macérés et l’humus. S’il en reste, le 2008 se goûte très bien aujourd’hui, riche au nez comme en bouche, avec ces notes de prune et d’humus, aux tanins savoureux, dense, mais tout en distinction.

Mme Richert-Boutet

Château de la COUR


Un vignoble conduit en lutte raisonnée. Cela donne ce Saint-Émilion GC 2014, issu à 90% du Merlot et 10% de Cabernet franc, sols sablo-graveleux avec concrétions ferriques, fermentation naturelle et longue macération de 25 jours, élevé durant 12 mois en fûts de chêne (dont 1/3 de fûts neufs), un vin avec des arômes de cerise noire et d’humus, est un vin de bouche flatteuse et riche à la fois, suave, avec des tanins veloutés mais puissants. 

Vignobles Delacour

Château LASCOMBES


Classé 1er Grand Vin. Au cœur de Margaux, Lascombes s’étend sur 112 hectares. Une propriété magnifique, un vignoble “chouchouté”, notamment avec un palissage des vignes rehaussé pour augmenter la surface foliaire, des soins extrêmes lors des vinifications et de l’élevage... tout concourt ici à élever l’un des plus grands vins du Médoc. 
Directeur technique des Châteaux Lafite Rothschild puis au Château l’Evangile à Pomerol, Dominique Befve, amoureux de la terre, passionné et exigeant, a été choisi par les nouveaux propriétaires, la Mutuelle d'assurances du corps de santé français (MACSF), en 2011, pour diriger Lascombes et son équipe de 40 personnes.
“On me laisse faire les vins que j’aime, nous dit Dominique Befve. De grands vins qui restent bien typé Margaux, bien sûr, c’est le terroir qui domine. J’aime les vins jeunes, les tanins ronds, bien présents en bouche, un peu plus concentrés et plus mûrs que la moyenne, tout en sachant qu’ici, au Château Lascombes, grâce à nos méthodes techniques, les vins sont souvent prêts à être bus jeunes, mais cela ne joue pas sur leur grand potentiel de longévité. Notre travail en amont, dans les vignes, est particulièrement important, nous suivons de près l’évolution des maturités et déterminons quelles parcelles sont prêtes à vendanger.
Nous avons des projets d’œnotourisme, nous restaurons entièrement une chartreuse du XVIIe siècle pour y accueillir salle de réception, salle d’attente, salle de dégustation et boutique. Nous recevons 4000 visiteurs par an, et avons l’objectif de doubler, voir même de tripler le nombre de visiteurs. Nous aménageons le Château, des ajouts avaient été faits, nous les cassons pour retrouver la bâtisse d’origine. Il restera strictement à usage professionnel. Il est aussi envisagé de réaménager le cuvier dans les deux à trois ans à venir.”
Beaucoup de soins et d’observation sont apportés au vignoble composé de 50% Merlot, 45% Cabernet-Sauvignon et 5% de Petit Verdot. Une étude pédologique a été entreprise, parcelle par parcelle, qui a permis de restructurer le vignoble afin d’obtenir la meilleure adéquation entre terroir et cépages. En parallèle, le palissage a été réhaussé afin d’augmenter la surface foliaire pour permettre une photosynthèse optimale. Effeuillage manuel, éclaircissage raisonné pied par pied. Toutes ces efforts ont pour but de favoriser la maturation du raisin en lui offrant un environnement plus aéré et une parfaite exposition au soleil jusqu’aux vendanges.
Une centaine de vendangeurs viennent chaque année récolter à la main les précieux raisins après analyse des maturités. Le raisin est déposé sur une première table de tri puis passe au tri optique, une dernière table de tri permettant de parfaire le travail. Le raisin est ensuite légèrement foulé, sa température est abaissée pour une macération à froid. La fermentation alcoolique se déroule à une température maîtrisée de 28°, rythmée par de légers remontages. La macération post-fermentaire s’effectue à 30°, accompagnée de dégustation quotidienne pour déterminer la durée optimale de cuvaison. Le réaménagement du cuvier permet désormais de réaliser l’écoulage et l’entonnage par gravité. La fermentation malolactique s’effectue en barriques. Le vin du Château Lascombes est élevé en barriques neuves à 80% pendant 18 à 20 mois. La production annuelle est de 300 000 bouteilles de Château Lascombes et de 200 000 bouteilles de Chevalier Lascombes, le Second Vin. Les différentes démarches qualitatives, entre autres HACCP, permettent de maîtriser la qualité et la traçabilité et garantissent ainsi la protection du consommateur.
Savouré sur place, ce Margaux 2013 est de jolie robe grenat, concentration moyenne qui correspond bien au fruité et à la fraîcheur du millésime. tanins fins et réguliers, vin équilibré dominé par les fruits, classique et élégant. 2012 : belle robe pourpre intense, joli bouquet de fruits rouges et noirs bien mûrs assortis de notes de pain grillé, torréfaction. Bel équilibre entre alcool, acidité, concentration et structure. Milieu de bouche gras et velouté, belle finale longue qui promet une bonne garde. Le 2011 est vraiment très réussi, attaque franche et douce à la fois, arômes intenses de fruits noirs, notes florales, mais aussi d’épices et de réglisse. Volume et concentration emplissent la bouche, les tanins sont denses, le boisé bien intégré, bel équilibré entre alcool acidité et structure, un vin à prévoir dès maintenant sur un filet de veau en croûte de cèpes ou un pigeon rôti.
Le 2010 est, certes, un cran au-dessus, robe noire très profonde, arômes très présents de mûre, cerise gorgée de soleil, notes de chocolat et de moka. Attaque fraîche et moelleuse, belle rondeur épaulée par une structure présente mais pas dominante, du gras, de la vivacité, arômes très élégants de fruits noirs, d’épices, belle complexité et puissance, superbe finale très longue. Le 2009 est dans la lignée, ’attaque en bouche est douce et veloutée, Milieu de bouche puissants, arômes persistants de fruits noirs bien mûrs, vin complexe, élégant d’excellente garde qui devrait se fondre à merveille.
Le 2008 est franchement superbe, il a tout : la complexité d’arômes avec des connotations légèrement giboyeuses, une grande élégance grâce à des tanins parfaitement fondus mais bien présents, c’est un grand classique médocain comme on les aime, superbe sur des feuilletés aux morilles ou des perdreaux rôtis aux marrons. Le 2007 est Le 2006 est encore un peu fermé, lui aussi typique de ce millésime où la richesse côtoie l’austérité, développant un nez dominé par la cannelle, le musc et la cerise noire, de garde. Le 2004 se goûte très bien actuellement, fin, souple, parfumé. Le 2002 est exceptionnel, à la fois dense et distingué, complexe, très chaleureux, aux connotations fruitées et épicées, aux tanins mûrs et riches, classique et puissant, suave avec de la matière. Le 2000 lui ressemble, plus corsé, intense, d’une belle finale où se décèlent le musc, la groseille et le cuir, à déboucher sur un rôti de veau farci aux truffes.
Goûtez le Chevalier de Lascombes 2013, bien corsé, de belle robe soutenue, ample en bouche, aux nuances de cassis et de mûre, aux tanins fondus mais structurés à la fois. 2012 : jolie robe grenat foncée. nez explosif de fruits rouges qui se mélangent à des notes d’épices telles que la vanille. Attaque fraîche, l’évolution se fait sur les fruits, les tanins sont souples, belle finale, beaucoup de rondeur et de charme. 2011 : robe rubis intense, nez explosif de fruits rouges frais. Les notes boisées, vanillées et la note florale augmentent la complexité du nez. L’attaque est vive, bonne concentration. Bouche est très veloutée tout en séduction. Les fruits rouges dominent et sont délicatement enveloppés d’un boisé discret. Les tanins sont souples avec une belle finale chocolatée. Vin de plaisir comme à son habitude. 2010 : robe pourpre intense et brillante, nez ouvert, notes franches de griottes. Attaque franche et vive, arômes de fruits croquants, pointe de vanille et de torréfaction. Agréable milieu de bouche mêlant rondeur et gras. Des tanins fondus et une belle persistance aromatique. Belle fraîcheur pour ce joli vin qui est dans la trame habituelle de vin plaisir.

Dominique Befve

> Les précédentes éditions

Edition du 28/02/2017
Edition du 21/02/2017
Edition du 14/02/2017
Edition du 07/02/2017
Edition du 31/01/2017
Edition du 24/01/2017
Edition du 17/01/2017
Edition du 10/01/2017
Edition du 03/01/2017
Edition du 27/12/2016
Edition du 20/12/2016
Edition du 13/12/2016
Edition du 06/12/2016
Edition du 29/11/2016
Edition du 22/11/2016
Edition du 15/11/2016
Edition du 08/11/2016
Edition du 01/11/2016
Edition du 25/10/2016
Edition du 18/10/2016
Edition du 11/10/2016
Edition du 04/10/2016
Edition du 27/09/2016
Edition du 20/09/2016
Edition du 13/09/2016
Edition du 06/09/2016
Edition du 30/08/2016
Edition du 23/08/2016
Edition du 16/08/2016
Edition du 09/08/2016
Edition du 02/08/2016
Edition du 26/07/2016
Edition du 19/07/2016
Edition du 12/07/2016
Edition du 05/07/2016
Edition du 28/06/2016
Edition du 21/06/2016
Edition du 14/06/2016
Edition du 07/06/2016
Edition du 31/05/2016
Edition du 24/05/2016
Edition du 17/05/2016
Edition du 10/05/2016
Edition du 03/05/2016
Edition du 26/04/2016
Edition du 19/04/2016
Edition du 12/04/2016
Edition du 05/04/2016
Edition du 29/03/2016
Edition du 22/03/2016
Edition du 15/03/2016
Edition du 08/03/2016
Edition du 01/03/2016
Edition du 23/02/2016
Edition du 16/02/2016
Edition du 09/02/2016
Edition du 02/02/2016
Edition du 26/01/2016
Edition du 19/01/2016
Edition du 19/01/2016
Edition du 12/01/2016
Edition du 05/01/2016
Edition du 29/12/2015
Edition du 22/12/2015
Edition du 15/12/2015
Edition du 08/12/2015
Edition du 01/12/2015
Edition du 24/11/2015
Edition du 17/11/2015
Edition du 10/11/2015
Edition du 03/11/2015
Edition du 27/10/2015
Edition du 20/10/2015
Edition du 13/10/2015
Edition du 06/10/2015
Edition du 29/09/2015
Edition du 22/09/2015
Edition du 15/09/2015
Edition du 08/09/2015
Edition du 01/09/2015

 



Château AUX GRAVES DE LA LAURENCE


Château PONT LES MOINES


Château Le BOURDIEU


Château LAFARGUE


Château FILHOT


Château HOURTIN-DUCASSE


Château ROUGEMONT


Château LARRAT


Domaine de VIAUD


Château TOUR-du-ROC


Château BELLEVUE-FAVEREAU


Château HAUT-CALENS


Château PLANTIER ROSE


Château ORISSE du CASSE


VIEUX CHATEAU des ROCHERS


Château FONBADET


Château PONTAC GADET


Château La ROSE- POURRET


Château HENNEBELLE



CHATEAU REDORTIER


DOMAINE DE LA RENAUDIE


H. DARTIGALONGUE ET FILS


CHAMPAGNE CHARPENTIER


DOMAINE DE BELLEVUE


CHATEAU BECHEREAU


CHAMPAGNE ANDRE DELAUNOIS


DOMAINE DE ROSIERS


CHATEAU HOURBANON


CHATEAU HAUT-SAINT-CLAIR


DOMAINE PIERRE GELIN


CHAMPAGNE NATHALIE FALMET


EARL FREY CHARLES ET DOMINIQUE



 

 

© SARL MALTA. Reproduction interdite - Mentions légales